Notes de lecture

Dans le même numéro

Afrique subsaharienne, un continent d’histoires

Collectif

De La Raison dans l’histoire de Hegel au trop fameux discours de Dakar de Nicolas Sarkozy, le déni de l’historicité de l’Afrique subsaharienne, vue comme un isolat englué dans un éternel et sombre présent, affecte la perception du continent. L’ouvrage Afrique subsaharienne, un continent d’histoires est une compilation d’articles, parus sur plusieurs années dans la revue L’Histoire et traitant chacun d’une période spécifique, de la préhistoire à l’époque contemporaine. Déconstruisant des idées reçues, il met à la disposition du grand public des matériaux de nature à invalider cette représentation qui, comme le rappelle François-Xavier Fauvelle, « fait partie des mensonges qui enveloppèrent la traite des Noirs ».

Ces textes nous donnent à voir une Afrique plurielle et de très longue date insérée dans un réseau d’échanges de marchandises, d’hommes (souvent réduits à l’état de marchandises), d’idées et de spiritualités. L’ouvrage montre l’ancienneté de nombreux et puissants royaumes, et donc la diversité des formes d’organisation politique en Afrique précoloniale. Notons que

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Nouveau Monde, 2021
336 p. 21,9 €

François Giovalucchi

Conseiller économique et enseignant associé à l'université catholique de Madagascar.

Dans le même numéro

Les difficultés rencontrées pendant la gestion de l’épidémie de Covid-19 ont remis en lumière le rapport paradoxal que la France entretient avec son État. Parce qu’il est censé décider de tout, il est le recours vers lequel tous se tournent en situation de crise, en même temps qu’il concentre l’essentiel des critiques. Au-delà de la crise sanitaire, la question d’un juste partage des responsabilités entre l’État et d’autres acteurs - les collectivités territoriales, les citoyens, les syndicats ou les entreprises- pour construire un horizon d’action commun se pose. Alors même que la pandémie marque le retour en grâce de l’action publique, comment changer concrètement la figure de l’État pour apaiser sa relation avec la société et lui permettre de répondre aux aspirations contemporaines en matière d’écologie et de justice sociale ? C’est à cette question que s’attache ce dossier, coordonné par Lucile Schmid.