Notes de lecture

Dans le même numéro

De la forêt de Bibhouti Bhoushan Banerji

Trad. et présenté par France Bhattacharya

juil./août 2020

De ce romancier, l’on connaît, en France, principalement les adaptations cinématographiques de ses romans par Satyajit Ray (La Trilogie d’Apu). De la forêt : en bengali Aranyaka ou traité forestier que l’on récite loin des villes et qui contient des explications, plus ou moins ésotériques, des mantras. Il s’agit d’un roman, grandement autobiographique, dont le sujet est la forêt encore sauvage, sorte de wilderness indienne. Bibhouti Bhoushan Banerji (1894-1950) a suivi des études de droit et de philosophie à Calcutta, tout en travaillant car il était d’un milieu peu aisé. Il se marie en 1917 et, deux ans plus tard, son épouse meurt. Il quitte la grande ville pour exercer le métier d’instituteur avant d’accepter un poste de régisseur adjoint d’un vaste domaine forestier dans le Bihar, où il rédige La Complainte du sentier, publiée en 1929, qui lui ouvre les portes des revues et des maisons d’édition. Il vit de sa plume et son œuvre comprend plus de quarante romans et plusieurs recueils de nouvelles. De la forêt paraît dans le mensuel Prabasi et en 1938 en volume. Cet ouvrage n’est pas à proprement parler un roman, mais plutôt une série de saynètes vécues par Satyacha

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Zulma, 2020
304 p. 22 €

Thierry Paquot

Philosophe, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, il est spécialiste des questions urbaines et architecturales, et participe activement au débat sur la ville et ses transformations actuelles. Thierry Paquot a beaucoup contribué à diffuser l'oeuvre d'Ivan Illich en France (voir sa préface à Ivan Illich, La Découverte, 2012), et poursuit ses explorations philosophiques du lien entre nature,…

Dans le même numéro

Ce dossier coordonné par Jean Godefroy Bidima et Antoine Garapon fait entendre les voix multiples de l’Afrique. Depuis leur perspective propre, ces voix africaines débordent la question postcoloniale et invitent au dialogue ; elles participent à la construction d'une commune humanité autour d’un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l’antiracisme aux États-Unis et l’esprit européen de Stefan Zweig.