Notes de lecture

Dans le même numéro

Histoire des modes et du vêtement sous la dir. de Denis Bruna et Chloé Demey

mars 2019

Chacun s’habille le matin sans y penser. Quoique. Entre météo et garde-robe disponible, humeur du jour et obligations sociales au programme, l’arbitrage se refait tous les jours. Avons-nous le choix entre être soi et endosser un rôle ? Qu’on en joue ou pas, la mode a démocratisé comme jamais auparavant les atours de la séduction. Le sortilège des apparences est relayé par la publicité et les vitrines. Faut-il prendre au sérieux cette tension croissante entre banalité du vêtement au quotidien et pression du fashion-glamour ? L’Histoire des modes et du vêtement donne (presque) toutes les clefs pour déshabiller nos paradoxes face au miroir. L’enquête dirigée par Chloé Demey et Denis Bruna procède sans prétention, en partant de ­l’objet-vêtement. Page après page, s’ouvrent des tiroirs inattendus dans nos commodes.
Superbe, l’objet-livre détonne avec son allure de patron de couturier : couverture toilée, rayures pastel, papier mat. Mais sur un fil chrono­logique limpide, le contenu déplie bel et bien le vêtement sous toutes ses coutures : des robes de princesse aux fripes rapiécées, des accessoires aux sous-vêtements, des coffres de rangement aux bacs de lessive, de la fabrication du vêtement jusqu’à

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Textuel, 2018, 2018
504 p. 55 €

Hélène Mugnier

Hélène Mugnier est historienne de l’art de formation. Elle est diplômée de l’école du Louvre, et conférencière du ministère de la Culture. Pionnière du management par l’art, elle a créé et dirigé pendant quatre ans l’agence de communication par l’art, Artissimo. Depuis 2005, elle est consultante en profession libérale avec son cabinet de conseil auprès des entreprises, HCM...

Dans le même numéro

Coordonné par Jean-Yves Potel, le dossier analyse le succès du gouvernement du Parti Droit et justice (PiS) en Pologne. Récupérant un mécontentement semblable à celui que l'on perçoit ailleurs en Europe, le régime s'appuie sur le discrédit des élites libérales et le rejet des étrangers pour promouvoir une souveraineté et une fierté nationale retrouvées. Il justifie ainsi un ensemble de mesures sociales mais aussi la mise au pas des journalistes et des juges, et une posture de défi vis à vis des institutions européennes, qu'il n'est pas pour autant question de quitter. À lire aussi dans ce numéro : les nouveaux cahiers de doléance en France, l’emprise du numérique, l’anniversaire de la révolution iranienne, l’antisémitisme sans fin et la pensée écologique.