Notes de lecture

Dans le même numéro

Le leadership mondial en question de Pierre-Antoine Donnet

juil./août 2020

Ayant passé huit ans de sa vie en Chine à un moment charnière de son évolution politique, entre ses séjours à Taïwan et à Hong Kong pour y apprendre le chinois et ses années à Pékin en tant que correspondant de l’Agence France-Presse, et pour y être retourné depuis à de nombreuses reprises, Pierre-Antoine Donnet livre un document articulé, vaste et complet sur l’affrontement sino-américain devenu la question géopolitique centrale de notre temps.

Achevé juste au moment où la pandémie du coronavirus était devenue planétaire, ce livre frappe par la vigueur de ses analyses. L’antagonisme sino-américain, entré dans sa phase active, sinon « chaude », ne fait que s’accentuer et devrait se poursuivre jusqu’à la présidentielle de novembre. Le 30 janvier 2020, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a qualifié le Parti communiste chinois de «principale menace de notre époque». Fin octobre 2019, il avait accusé Pékin d’être «ouvertement hostile» aux États-Unis. En novembre, il avait estimé que la Chine portait une «nouvelle vision de l’autoritarisme». L’affrontement géostratégique a fait dire au secrétaire général de l’Onu, António Guterres, qu’il existait désormais un risque de «grande fracture» dans le monde.

Cette fracture, Pierre-Antoine Donnet en explore tous les aspects : affrontement sur la démocratie, qui vient de s’aiguiser à propos de Hong Kong ; affrontement de deux modèles économiques, qui s’exacerbe à propos de la guerre commerciale ; compétition géostratégique, qui se concentre, pour le moment, en mer de Chine méridionale, que Pékin entend transformer en cour arrière, analogue à ce que furent les Caraïbes pour Washington ; compétition technologique, symbolisée par la bataille autour de la 5G et de Huawei, que les États-Unis ont banni de leur territoire en demandant à leurs alliés de faire de même ; compétition militaire, Pékin, en dépit du passage à vide actuel, augmentant son budget militaire de 6 % ; affrontement autour des « nouvelles routes de la soie » et dans l’espace, où la Chine ne cache pas ses ambitions. Cette nouvelle guerre froide se développe ainsi sur un spectre plus large que celle qui a opposé les États-Unis et l’Urss.

Au terme de son analyse approfondie de ces divers points d’affrontement, quel enseignement en tire l’auteur pour l’avenir ? Quand la dynamique de développement américaine et son aura politique semblent en perte de vitesse, la Chine réalise une percée multiforme unique au monde. L’expansionnisme chinois suscite des réactions de méfiance croissante chez ses partenaires, autant d’embûches sur son chemin. Mais la Chine nourrit des ambitions de conquête à long terme mûrement réfléchies, tandis que les autorités américaines en sont à gérer le court terme, d’une élection présidentielle à l’autre. Doit-on s’attendre à un conflit armé entre la Chine et les États-Unis ? Pas dans un avenir prévisible, avance Pierre-Antoine Donnet. La Chine a trop besoin d’un environnement de paix pour poursuivre son développement (ce fut le cas de Staline après 1945 pour assurer la reconstruction de l’Urss) et son ascension sur la scène mondiale. La grande différence est que l’Urss était complètement fermée aux échanges avec l’extérieur, ce qui n’est pas le cas de la Chine. Le président Donald Trump est le premier dirigeant occidental à oser défier au grand jour la puissance chinoise. L’Europe a commencé à adopter une position commune pour contrer les desseins de la Chine.

La Chine deviendra immanquablement la première puissance économique du monde autour de 2030. Mais pour combien de temps ? Sa natalité en berne, les pressions sociales pour davantage de démocratie, l’essoufflement de la croissance économique, la hausse des coûts de production, les répercussions sociales et politiques de l’ouverture sur le monde extérieur, la corruption et les limites intrinsèques d’un régime politique peut-être en bout de course sont autant de freins à son développement futur. Les États-Unis resteront, pour longtemps encore, le gendarme du monde. Mais on voit que le shérif devient de plus en plus réservé et veut faire payer ses services. L’issue de la guerre froide engagée entre les deux grandes puissances reste incertaine. Entre la démocratie d’un côté et la dictature de l’autre, à la première de démontrer sa force et sa vitalité.

Le monde à venir sera en bonne partie façonné par la Chine. Il sera, estime Pierre-Antoine Donnet, à bien des égards effrayant. Le système politique, économique et social chinois a donné naissance à une énorme machine implacable qui rejette les différences et les idées, modélise un univers obscurantiste de surveillance et de pensée unique, mais accepté par une bonne partie de la population, qui prépare peut-être un « homme nouveau », formaté, corseté, dépossédé de son libre arbitre, nationaliste, à comparer à une société américaine faite d’individualisme, peut-être décadente, fascinée par la violence et les armes, mais libre.

Que la Chine cherche et trouve sa place au soleil, comme l’a cherché l’Allemagne de Guillaume II, est légitime. Devons-nous pour autant fermer les yeux sur la politique de sinisation menée au Xinjiang et au Tibet, ainsi que sur les brutalités commises contre les jeunes démocrates à Hong Kong ? Sans fournir de réponses toutes faites, Pierre-Antoine Donnet alimente notre réflexion. Voilà la Chine réveillée : devons-nous continuer à trembler ou bien trouver les voies de l’apaisement et de la concorde ?

Éditions de l’Aube, 2020
224 p. 22 €

Eugène Berg

Eugène Berg, né le 23 septembre 1945, est un essayiste et diplomate français. Spécialiste de la Russie et du Pacifique, il a notamment publié Non-alignement et nouvel ordre mondial (1980).

Dans le même numéro

Ce dossier coordonné par Jean Godefroy Bidima et Antoine Garapon fait entendre les voix multiples de l’Afrique. Depuis leur perspective propre, ces voix africaines débordent la question postcoloniale et invitent au dialogue ; elles participent à la construction d'une commune humanité autour d’un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l’antiracisme aux États-Unis et l’esprit européen de Stefan Zweig.