Notes de lecture

Dans le même numéro

Le Régiment immortel de Galia Ackerman

juil./août 2019

#Divers

Le 9 mai dernier, dix millions de personnes auraient participé, selon les autorités russes, aux multiples marches du «régiment immortel» organisées en Russie pour commémorer la victoire de l’Armée rouge qui a mis fin à la «grande guerre patriotique» (la Seconde Guerre mondiale). L’historienne Galia Ackerman, née en Union soviétique en 1948, exilée en 1973 et finalement installée en France en 1984, s’est penchée sur le phénomène.

Commencé modestement en 2007, dans la ville de Tioumen, il s’agissait de marches de citoyens russes portant des portraits de vétérans, sous le slogan «Héros de la victoire, nos arrière-grands-pères et nos grands-pères». L’idée était de ne pas se contenter d’honorer les figures héroïques, mais les victimes ordinaires de la guerre. En 2011, trois journalistes de Tomsk, en Sibérie, eurent l’idée d’appeler leur marche «régiment immortel». Ils inventaient une mystique populaire qui élevait tous ceux qui avaient vécu la guerre au rang d’imm

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
La guerre sacrée de Poutine, Premier Parallèle,
288 p. 20 €

Jean-François Bouthors

Editeur, journaliste et écrivain, il est l’auteur de plusieurs livres, dont La Nuit de Judas (l’Atelier, 2008), Paul le Juif (Parole et Silence, 2011) et Délivrez-nous de "Dieu". De qui donc nous parle la Bible ? (Médiaspaul, 2014), Comment Poutine change le monde (Éditions François Bourin, 2016) et Nous, Français (Éditions de l’Observatoire, 2018).…

Dans le même numéro

Le dossier estival de la revue Esprit, coordonné par Camille Riquier, fait l’hypothèse que le monde capitaliste a substitué l’argent à Dieu comme nouveau maître invisible. Parce que la soif de l’or oublie le sang des pauvres, la communauté de l’argent est fondée sur un abus de confiance. Les nouvelles monnaies changent-elles la donne ? Peut-on rendre l’argent visible et ainsi s’en rendre maître ?