Notes de lecture

Dans le même numéro

Les amis français de Jan Čep de Jan Zatloukal

mars 2019

Dans l’hommage qu’il lui rendit au lendemain de sa mort, Henri Queffélec parlait dans La Croix du «noble écrivain tchèque Jan (Č)ep» (1902-1974). Alors que l’on vient de célébrer les soixante-dix ans de l’exil de ce dernier, le livre de Jan Zatloukal permet de revenir sur les liens de Jan Čep à la France. Et l’on ne peut que commencer par un constat : Čep est pratiquement inconnu du public français. Qui est Jan Čep ? Un grand écrivain tchèque, assurément, dont les nouvelles sont marquées par ­l’angoisse, la mort, la foi chrétienne. Un grand traducteur, également, puisqu’il faut rappeler qu’il fit passer en tchèque de nombreux auteurs français : Henri Pourrat, Georges ­Bernanos, Paul Claudel, avec lesquels il fut en contact personnel, mais aussi bien d’autres. Malgré son amitié profonde pour la France, Čep ne fut toutefois jamais reconnu pleinement comme un écrivain français, et l’exil auquel le contraignit l’arrivée au pouvoir du régime communiste à Prague en 1948, en l’éloignant de sa langue maternelle, l’éloigna aussi de la création littéraire, ce dont il souffrit considérablement, se heurtant dé

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
édition de Jan Zatloukal Centrum pro studium demokracie a kultury, 2016
372 p.

Samuel Bidaud

Docteur en sciences du langage, Samuel Bidaud est chercheur postdoctoral à l'Université Palacky d'Olomouc (République tchèque) au département d'études romanes.

Dans le même numéro

Coordonné par Jean-Yves Potel, le dossier analyse le succès du gouvernement du Parti Droit et justice (PiS) en Pologne. Récupérant un mécontentement semblable à celui que l'on perçoit ailleurs en Europe, le régime s'appuie sur le discrédit des élites libérales et le rejet des étrangers pour promouvoir une souveraineté et une fierté nationale retrouvées. Il justifie ainsi un ensemble de mesures sociales mais aussi la mise au pas des journalistes et des juges, et une posture de défi vis à vis des institutions européennes, qu'il n'est pas pour autant question de quitter. À lire aussi dans ce numéro : les nouveaux cahiers de doléance en France, l’emprise du numérique, l’anniversaire de la révolution iranienne, l’antisémitisme sans fin et la pensée écologique.