Notes de lecture

Dans le même numéro

Manières d’être vivant de Baptiste Morizot

Postface d’Alain Damasio

septembre 2020

La crise écologique à laquelle nous sommes confrontés serait-elle avant tout une « crise de la sensibilité », le phénomène révélateur d’une perte d’accès au monde et aux formes de vie qui le composent ? C’est la thèse que semble défendre Baptiste Morizot dans son dernier livre. L’auteur, qui s’inscrit dans la tradition éco-phénoménologique, y établit le diagnostic sévère d’un « appauvrissement de ce que nous pouvons sentir, percevoir, comprendre et tisser comme relations à l’égard du vivant ».

L’essai se présente comme un recueil de six textes atypiques, à la tonalité singulière, baptisés « novellas philosophiques » par l’auteur. Chacun de ces textes peut s’appréhender comme un récit philosophique, mêlant interprétations érudites, réflexions personnelles et restitutions d’expériences vécues.

Ces récits sont autant d’occasions pour Baptiste Morizot de se rendre attentif à d’autres manières d’être-au-monde, d’évoquer des rencontres entre les vivants et de restituer la complexité des relations qui les unissent. Dans « cette tapisser

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Actes Sud, 2020
336 p. 22 €