Notes de lecture

Dans le même numéro

Philémon, vieux de la vieille de Lucien Descaves

Préface de Maxime Jourdan

septembre 2020

Pourquoi se révolte-t-on ? Qu’est-ce qu’un sujet révolutionnaire ? Les motivations de l’engagement révolutionnaire restent encore aujourd’hui une énigme. Autrefois poursuivi en justice pour son pamphlet antimilitariste Sous-Offs (1889) qui, dans une France traumatisée par la défaite de 1870 et hantée par le désir de revanche, provoque un scandale national, Lucien Descaves rend compte de la vie d’anciens communards, proscrits puis revenus d’exil, en examinant un événement majeur de la IIIe République et de l’histoire du mouvement ouvrier. Publié pour la première fois en 1913, ce récit de première main atteste, dans sa tension et ses ambiguïtés, de la difficulté des contemporains à penser la Commune.

Ce roman-témoignage raconte les souvenirs d’un couple de vieux communards, Colomès et sa femme Phonsine, alias « Philémon et Baucis », qui sont les voisins du narrateur. En mettant en scène un ouvrier horloger, attaché à son travail qui est considéré presque comme une religion (le patriote ombrageux, proudhonien convaincu et misogyne, qui aime la vertu et la tempérance), le narrateur ressuscite les fantômes de 1871 et le réseau des exilés, en prêtant attention au

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
La Découverte, 2020
348 p. 22 €