Notes de lecture

Dans le même numéro

Philosophie de l'antisémitisme de Michaël Bar-Zvi

juin 2020

La présente réédition de Philosophie de l’antisémitisme de Michaël Bar-Zvi (1950-2018) est une restitution, puisqu’elle rétablit le texte dans son intégrité initiale, et rend caduque la première édition aux Presses universitaires de France en 1985. Une postface incisive de Pierre-André Taguieff actualise opportunément la réflexion de Bar-Zvi en interrogeant la notion de haine.

C’est donc un nouveau cycle de réception qui s’ouvre pour cet essai singulier qui fut accueilli par le silence de la critique, alors que la France venait de connaître, en plein Paris, en 1980 et 1982, les premiers attentats antisémites depuis la Seconde Guerre mondiale. Peut-être que son titre, et son oxymore obscène qui semble disputer à Levinas, l’un des maîtres de l’auteur, sa «philosophie de l’hitlérisme» (Esprit, novembre 1934), a pu décontenancer.

Pourtant, c’est bien la mauvaise rencontre de la normativité philosophique et du «monstre anachronique» comme l’appelle Bar-Zvi, qui forme l’hypothèse insolite de l’ouvrage. Une «formalisation du monde»

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Les Provinciales, 2019
218 p. 20 €

Isabelle de Mecquenem

Isabelle de Mecquenem est agrégée de philosophie et enseigne depuis trente ans une discipline qui n’existe pas, la philosophie de l’éducation. Depuis 2015, elle est aussi chargée de mission sur la laïcité et la lutte contre le racisme et l’antisémitisme à l’université de Reims Champagne Ardenne. Elle a publié une synthèse sur la laïcité en 2018 aux éditions Studyrama. Elle dirige avec Céline…

Dans le même numéro

L’anthropologie du don de Marcel Hénaff, ainsi que son éthique de l’altérité et sa politique de la reconnaissance, permettent de penser les limites de la marchandisation, le lien entre les générations et les transformations urbaines. À lire aussi dans ce numéro : l’image selon Georges Didi-Huberman, l’enseignement de la littérature, la neuropédagogie, l’invention de l’hindouisme, l’urgence écologique et la forme poétique de Christian Prigent.