Notes de lecture

Dans le même numéro

Retours d'histoire. L'Algérie après Bouteflika de Benjamin Stora

mai 2020

Aucun autre pays, excepté l’Allemagne, n’a peut-être autant d’importance pour la France que l’Algérie. Notre passé commun, recru d’épreuves, ne passe toujours pas. D’où le fait que, depuis le déclenchement, le 22 février 2019, du Hirak, cette « mise en mouvement », la France soit restée silencieuse, voire très prudente, entre non-ingérence et non-indifférence. Elle doit, selon Benjamin Stora, grand spécialiste de l’Algérie, assumer une histoire commune, celle de son passé colonial, sans rester prisonnière du passé.

Huit ans après les « printemps arabes » qui ne l’avaient qu’effleurée – et vingt ans après les 100 000 victimes des années 1990 –, voilà que l’Algérie connaît à son tour une vague révolutionnaire qui, en quelques semaines, a emporté un président, symbole de tout un système, cramponné au pouvoir depuis vingt ans. Ce mouvement massif, pour le moment durable, est populaire, spontané, positif et a su éviter tous les pièges de la violence. De son côté, l’armée ou la police n’ont pas tiré comme au Chili, en Irak, au Liban. Le Hirak est l’expression d’une pro

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Bayard, 2020
163 p. 16 €

Eugène Berg

Eugène Berg, né le 23 septembre 1945, est un essayiste et diplomate français. Spécialiste de la Russie et du Pacifique, il a notamment publié Non-alignement et nouvel ordre mondial (1980).

Dans le même numéro

Ce dossier spécial décrit l’expérience de vulnérabilité commune suscitée par l’épidémie, interroge les règles de l’exception qui lui répond et explore les différents imaginaires qu’il sollicite. À lire aussi dans ce numéro : les pressions chinoises sur la recherche, les discours de haine en ligne et un entretien avec Emma Lavigne sur le Palais de Tokyo.


✅  Les articles du dossier sont en accès libre