Notes de lecture

Dans le même numéro

Vive le latin. Histoires et beauté d'une langue inutile, de Nicola Gardini

septembre 2018

Les bonnes nouvelles du latin nous viennent en ce joli mois de mai d’un livre on ne peut moins académique. Et c’est tant mieux ! Ce n’est pas un de ces manuels d’apprentissage du latin, comme il en fleurit beaucoup, non plus qu’un essai à proprement parler sur l’histoire de la littérature latine. Non, son auteur, un universitaire italien qui enseigne à l’université d’Oxford, s’est tout simplement employé à trouver les mots pour dire d’où lui vient son amour du latin, un amour qu’il entend transmettre à la jeune génération, mais aussi bien à tous ceux qui partagent le souci «inutile» de préserver avec le latin «une éthique du langage et de la pensée». Au fil d’un commentaire, qu’on pourrait presque dire «à sauts et à gambades», ce sont les «épisodes» de la vie du latin qui sont évoqués, c’est-à-dire, et nous sommes ici au cœur du sujet, «ce que le latin accomplit et obtient quand il sort de la langue de Cicéron ou de Virgile»

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Editions de Fallois, 2018
280 p. 18 €

Cécilia Suzzoni

Professeure honoraire de chaire supérieure au Lycée Henri IV, Cécilia Suzzoni est la fondatrice et présidente d'honneur de l'Association le latin dans les littératures européennes (ALLE). Elle a notamment dirigé, avec Hubert Aupettit, l'ouvrage Sans le latin (Fayard, 2012)

Dans le même numéro

Alors que l’efficacité des aides sociales est aujourd’hui contestée, ce dossier coordonné par Anne Dujin s’interroge sur le recul de nos idéaux de justice sociale, réduite à l’égalité des chances, et esquisse des voies de refondation de la solidarité, en prêtant une attention particulière aux représentations des inégalités au cinéma et dans la littérature.