Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Après Jésus sous la dir. de Roselyne Dupont-Roc et Antoine Guggenheim

L’invention du christianisme Préface de Joseph Doré, postface de Marcel Gauchet

janv./févr. 2021

En 2017 est paru chez Albin Michel un superbe Jésus. L’encyclopédie, qui rassemblait dans un beau livre de conception originale et abondamment illustré tout le savoir aujourd’hui disponible sur le « Jésus de l’histoire et le Christ de la foi » (pour reprendre une expression reçue). Il était logique que le même éditeur ne s’arrête pas à la figure de Jésus, exceptionnelle mais météorique dans la galerie des grands personnages de l’histoire, quand elle est détachée de ce qui s’est « inventé » à partir d’elle : le christianisme. Voici donc que paraît la suite, selon les mêmes principes – textes de fond et encadrés très divers confiés aux meilleurs spécialistes, illustrations multiples et magnifiques, présentation remarquablement étudiée – L’invention du christianisme « après Jésus ». Levons tout de suite une ambivalence dans le titre : le christianisme n’a pas été inventé de toutes pièces, « construit » comme on dit aujourd’hui, hors de l’énergie ou de la puissance énergétique conférée au groupe de ses disciples par le Christ ressuscité, ou par l’Esprit du Ressuscité comme les chrétiens le diront plus tard. Logiquement, cette histoire aurait dû se terminer par la crucifixion, qui signifiait la fin de l’aventure du groupe de disciples réunis autour du Maître, ou du « Seigneur », comme on l’a appelé très tôt. Il en a été autrement, comme le racontait la fin de Jésus. L’encyclopédie : l’aventure, l’« affaire Jésus », la plus « extraordinair

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Albin Michel, 2020
704 p. 49 €

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

Les femmes sont au cœur de nombreux mouvements sociaux à travers le monde. Au-delà de la vague #MeToo et de la dénonciation des violences sexuelles, elles étaient nombreuses en tête de cortège dans le soulèvement algérien du Hirak en 2019 ou dans les manifestations contre le président Loukachenko en Biélorussie en 2020. En France, leur présence a été remarquée parmi les Gilets jaunes et dans la mobilisation contre le dernier projet de réforme des retraites. Dans leur diversité, les mouvements de femmes témoignent d’une visibilité et d’une prise de parole accrues des femmes dans l’espace public, de leur participation pleine et entière aux débats sur l’avenir de la cité. À ce titre, ils consacrent l’existence d’un « sujet politique féminin ».