Notes de lecture

Dans le même numéro

La possibilité du fascisme. France, la trajectoire du désastre d'Ugo Palheta

mai 2020

Ugo Palheta refuse le concept de populisme qui, à force d’être partout, finit par être nulle part, ne fonctionne que comme manière de disqualifier des opposants et, incidemment, les classes populaires. De plus, le Front national – qui est la cible principale de cet ouvrage – en retire les bénéfices de ne plus s’entendre appeler « fasciste » et d’apparaître « populaire ». Il faut donc appeler un chat un chat et le Front national un parti potentiellement fasciste : il pourrait en effet se transformer en un mouvement de masse œuvrant à la régénération d’une communauté organique imaginaire, selon la définition retenue par l’auteur et inspirée par les travaux de Roger Griffin et Robert O. Paxton. Ce fascisme est en réalité un néofascisme, dans la mesure où « la démonisation des musulmans s’est largement substituée à la haine des juifs ». La « trajectoire du désastre » qu’il dessine est, pour l’auteur nourri des lectures de Gramsci et de Trotski, le résultat de la forme néolibérale-autoritaire du capitalisme qui triomphe à partir des années 1980 et qui renforce les antagonismes de classes. Il en appelle ainsi à

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
La Découverte, 2018
276 p. 17 €

Jonathan Chalier

Rédacteur en chef adjoint de la revue Esprit, chargé de cours de philosophie à l'École polytechnique.

Dans le même numéro

Ce dossier spécial décrit l’expérience de vulnérabilité commune suscitée par l’épidémie, interroge les règles de l’exception qui lui répond et explore les différents imaginaires qu’il sollicite. À lire aussi dans ce numéro : les pressions chinoises sur la recherche, les discours de haine en ligne et un entretien avec Emma Lavigne sur le Palais de Tokyo.


✅  Les articles du dossier sont en accès libre