Notes de lecture

Dans le même numéro

Justice pour le climat ! de Judith Rochfeld

Face aux manquements de la gouvernance mondiale dans la lutte contre le réchauffement climatique, la juriste Judith Rochfeld fait l’état des lieux de recours à l’arène judiciaire. Aux États-Unis, aux Pays-Bas ou plus récemment en France, des affaires mettent en cause la responsabilité des États, véritable « reterritorialisation du global ». Si les procès aboutissent souvent à des échecs, ils mobilisent la société civile, jouent sur les consciences et sollicitent une variété d’arguments. L’auteure propose justement de les articuler autour du concept de communs, soit l’institutionnalisation de « formes d’organisation collective autour de ressources dont l’usage est partagé et la préservation assurée ». On peut estimer que la communauté entière prend en charge son environnement – « l’Affaire du siècle », en France, exigeait de l’État qu’il protège la nature pour elle-même. On peut aussi, d’une manière plus anthropocentrée, envisager les droits fondamentaux des êtres humains à un environnement sain, à la santé, à l’eau ou à l’alimentation, ce qui correspond à une conception mieux acceptée

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Matthieu Febvre-Issaly

Doctorant en droit public à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialisé en droit constitutionnel comparé et en théorie du droit.

Dans le même numéro

Là où nos sociétés connaissent des tensions, là aussi travaille le langage. Le dossier d’Esprit (décembre 2019), coordonné par Anne Dujin, se met à son écoute, pour entendre l’écho de nos angoisses, de nos espoirs et de nos désirs. À lire aussi dans ce numéro : les déçus du Califat, 1989 ou le sens de l’histoire et un entretien avec Sylvain Tesson.