© 7107 Entertainment
Flux d'actualités

Seules les bêtes de Dominik Moll, un Country Noir

Seules les bêtes dépeint le désespoir et le malheur de cette population rurale isolée au milieu de ses bêtes, de ses rêves détruits et des fantasmes qu’elle échafaude pour remplir le vide.

Le film de Dominik Moll, Seules les bêtes, adapté d’un polar de Colin Niel (Rouergue Noir, 2017) met en scène une intrigue amoureuse entremêlée qui aboutit à un meurtre au cœur d’une vallée proche reculée du causse Méjean, en Lozère. Seules les bêtes diffère des précédents films de Dominik Moll, de Lemming (2000) à Harry, un ami qui vous veut du bien (2005), en ceci que le huis-clos bourgeois s’ouvre à une Afrique à moitié rêvée. Dès l’ouverture, la caméra rapprochée suit le périple d’un jeune homme noir, Armand, transportant sur ses épaules une chèvre à travers des rues labyrinthiques. Quels sentiments lient les faubourgs colorés et bruissant d’Abidjan avec la région austère du causse Méjan et ses habitant·e·s : Michel et Joseph les éleveurs, Alice l’assistante sociale, la belle et froide Évelyne, mais aussi la jeune Marion fraichement arrivée de Sète ? Moll dévoile une puissante fiction amoureuse et l’engrenage de fantasmes fatals qui associe une région française en déshérence à une capitale africaine. Cette ouverture géographique inscrit Seules les bêtes dans

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !