Ernesto Cardenal au Mexique en 2014 © Abril Cabrera A./Secretaria de Cultura
Flux d'actualités

Ernesto Cardenal (1925-2020), une vie perdue

La trajectoire de Cardenal est emblématique de l’histoire du Nicaragua.

Décédé le 29 février 2020 à l’âge de 95 ans, Ernesto Cardenal restera comme l’une des figures de proue de l’intelligentsia nicaraguayenne et de la poésie latino-américaine.

Sa trajectoire est, à bien des égards, emblématique de l’histoire du Nicaragua. Né en 1925 dans une des grandes familles conservatrices de Granada, il est très tôt au contact du monde des lettres nicaraguayennes et tout spécialement du Movimiento de Vanguardia, dont son cousin Pablo Antonio Cuadra fut, aux cotés de Coronel Urtecho, l’une des têtes de file. Comme ceux-ci, Ernesto Cardenal oscille entre l’adhésion au thomisme et au franquisme, combinée à une fascination pour les États-Unis et la poésie de Pound, et un ralliement aux idéaux révolutionnaires, plus inspirés du castrisme, d’un réveil de l’indianisme et du mouvement beatnik que du marxisme. Il est ministre du gouvernement sandiniste (1979-1987) et il opte au soir de sa vie pour une défense intransigeante de la démocratie.

Il fait ainsi l’apologie, durant sa jeunesse, du régime du général Franco et de ses visées hispanophiles, avant de participer à un coup de force manqué contre le général Somoza en 1954, ce qui l’ob

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Gilles Bataillon

Gilles Bataillon est sociologue, spécialiste de l'Amérique latine contemporaine. Il est directeur d'études à l'EHESS. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Genèse des guerres internes en Amérique centrale (Belles lettres, 2003), Passions révolutionnaires : Amérique latine, Moyen-Orient, Inde (EHESS, 2011) et Violence politique en Amérique latine (Du Felin Eds, 2019). …