Gustav KLUTSIS, L'URSS est la brigade de choc du prolétariat du monde entier, © Collection du musée national des Arts de Lettonie
Flux d'actualités

Exposition Rouge, Art et utopie au pays des Soviets

Au Grand Palais, jusqu'au 1er juillet 2019

Quelle place pour la création artistique dans l'expérience communiste ? L’exposition Rouge, Art et Utopie au pays des Soviets, restitue aux différentes formes d’art nées en URSS entre 1917 et la mort de Staline en 1953, une spécificité et une richesse méconnues, inattendues, et même déroutantes.

Lénine en promenade avec des enfants, 1938 Crédits : Alexandre Deïneka - Adagp, Paris, 2019, Musée Central des Forces Armées, Moscou

 

Au lendemain de 1917 et dans les années 1920, les expérimentations artistiques sont radicales dans les formes comme dans les déclarations des artistes. L’art bourgeois est mort, vive l’art pour tous ! Tatline, Maïakovski, Rodchenko, Malevitch, Eisenstein, prennent l’initiative eux-mêmes pour « changer la vie » et créer un « homme nouveau ». Comment cet idéal initial a-t-il si vite attiré la suspicion du pouvoir ? Le « formalisme » constructiviste a-t-il été un échec artistique et/ou politique ?

 

Nicolas Liucci-Goutnikov et Hélène Mugnier
Nicolas Liucci-Goutnikov et Hélène Mugnier. © Revue Esprit

 

Dès avant les années 1930 et jusqu’à la mort de Staline, le ton change du tout au tout. Les formes artistiques convoquent des références plus classiques, la figuration est de retour en peinture, l’architecture redevient monumentale. Le « Réalisme socialiste » est-il vraiment le résultat contrôlé d’un régime totalitaire ? Comment les artistes ont-ils oeuvré sous la contrainte de cette injonction plus floue qu’il n’y paraît ? L’exposition montre avec force combien l’opposition binaire entre liberté de l’art et joug de la censure ne résiste pas à l’observation des œuvres produites.

De l’épuration formelle des constructivistes aux images lénifiantes de la période stalinienne, efficacité et utilité ressortent peut-être comme les deux seuls maîtres-mots de continuité de l’exposition. Mais dans quelles conditions, et à quel prix, un art devient-il efficient ? Si l’art est un fait politique, comment impacte-t-il la société où il émerge ? Et si l’art est un acte de liberté, que devient-il quand il se revendique d’intentions ? Rares sont les expositions qui osent déranger nos habitudes esthétiques et culturelles, en voilà une qui donne à voir et à découvrir au moins autant qu’à penser.

 

Musique : Sergueï Rachmaninov, Prélude no. 12 Op. 32.
Podcast enregistré en mai 2019.

Hélène Mugnier

Hélène Mugnier est historienne de l’art de formation. Elle est diplômée de l’école du Louvre, et conférencière du ministère de la Culture. Pionnière du management par l’art, elle a créé et dirigé pendant quatre ans l’agence de communication par l’art, Artissimo. Depuis 2005, elle est consultante en profession libérale avec son cabinet de conseil auprès des entreprises, HCM Art & Management.…

Nicolas Liucci-Goutnikov

Conservateur au Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, commissaire de l’exposition Rouge.