Rassemblement de soutien à Tikhanovskaïa à Minsk (30 juillet 2020). | Photo de Homoatrox, wikimédia.
Dans le même numéro

Le légalisme de la société biélorusse

octobre 2020

Malgré la violence de la répression, la mobilisation de la société biélorusse contre le régime de Loukachenko ne faiblit pas. Les manifestants jouent de tout le répertoire des actions de protestation non-violente, et s'ingénient à rester dans le cadre institutionnel que le dictateur, lui, ne cesse d'enfreindre.

Alexandre Loukachenko a envisagé son sixième mandat présidentiel le 9 août comme il a appréhendé les précédents depuis 1994 : en se reconduisant dans ses fonctions, à la suite de fraudes massives orchestrées par son administration électorale, secondée par des organes régaliens aux ordres1. Mais cette fois, l’autocrate n’a pas mesuré l’usure de son pouvoir, notamment au sein de la génération arrivant à l’âge adulte sans jamais avoir connu d’autre président. Svetlana Tikhanovskaïa, enseignante et épouse d’un blogueur populaire, initialement candidat mais emprisonné, est devenue la candidate du changement, en s’alliant à deux autres femmes représentant deux autres candidats populaires, eux aussi invalidés (un ex-diplomate et un banquier). Les trois femmes ont attiré les foules à leurs meetings dès juillet. Dans les bureaux de vote où la pression citoyenne a été suffisante pour obtenir un décompte de voix transparent, Tikhanovskaïa a obtenu entre 70 et 90 % des suffrages exprimés. Les chiffres officiels, annonçant la large victoire de Loukachenko sans traçabilité par bureau de vote, sont montés de toutes pi&e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Laurent Germain

Politologue, spécialiste de la Biélorussie, où il se rend régulièrement.

Dans le même numéro

La crise sanitaire provoquée par l’épidémie de Covid-19 donne de la vigueur aux critiques de la démocratie. Alors que certains déplorent l’inertie de la loi et que d’autres remettent en cause les revendications sociales, le dossier, coordonné par Michaël Fœssel, répond en défendant la coopération, la confiance et la délibération collective. À lire aussi dans ce numéro : les régimes d’historicité, le dernier respirateur, le populisme américain et l’œuvre de Patrick Modiano.