12 000 sardines contre Salvini à Bologne le 14 novembre 2019 © Taleoma
Dans le même numéro

Les Sardines et l’enthousiasme de la gauche

Le mouvement des Sardines a permis de faire reculer l’extrême droite en Emilie-Romagne. Face au populisme, le défi pour la gauche italienne reste pourtant considérable.

L’Émilie-Romagne, une des régions les plus riches d’Italie, est considérée comme un bastion de la gauche. Cependant, l’exploit aux élections européennes de la Ligue (33,34 % des suffrages) a donné de l’espoir à Matteo Salvini, qui a lancé « une campagne de libération » à l’occasion des élections régionales du 26 janvier. L’importance stratégique de cette zone et son importance symbolique dans l’imaginaire italien en ont fait un enjeu principal pour la politique nationale : d’un côté, la droite qui espérait un succès historique, de l’autre, une gauche rassemblée autour du candidat Stefano Bonaccini et du slogan « ils ne passeront pas »[1].

Une défaite du Parti démocrate aurait affaibli lourdement un exécutif déjà instable, mais Lucia Borgonzoni, la candidate de l’extrême droite qui, pendant la campagne a montré son incompétence, a été finalement battue, en obtenant 43,63 % des voix contre 51,42 % pour le centre-gauche. L’Émilie-Romagne n’a pas été séduite par le populisme xénophobe de la Ligue, démontrant aussi une vivacité démocratique in&eacut

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Lorenzo Alvisi

Étudiant en histoire à l’université de Bologne et à l’Université Paris 7 – Diderot. Assistant de rédaction chez Esprit (2020).

Dans le même numéro

Peut-on sortir de diagnostics rapides et univoques dès lors qu'il est question de populisme ? Si le mot est partout, sa définition et les jugements qu'il invite sont rarement mis en débat. En s'appliquant à redonner au populisme une profondeur historique, culturelle et théorique, ce dossier, coordonné par Arthur Borriello et Anton Jaëger, demande ce que ce phénomène révèle des dysfonctionnements de la démocratie. À lire aussi dans ce numéro : Notre-Dame dans la littérature, le rapport entre langage et vérité et les voyages d’Albert Camus.