Le Penseur 1904 Auguste Rodin (1840-1917) | Photo wikimedia : Jean-Pierre Dalbéra
Flux d'actualités

De bas en haut

avril 2019

Combien de Français rêveraient aujourd'hui d’avoir un vrai boulot, un accès facile aux transports en commun et un logement digne de ce nom ? Tout a changé mais l’envie de se redresser, de s’émanciper, de sortir d’une vie à plat d’homme unidimensionnel n’a pas disparu. Son expression exige toutefois de reformuler les termes de l'action citoyenne et de la transformation politique.

Après plusieurs mois d’une France secouée par la crise des Gilets jaunes et plusieurs semaines de cet exercice inédit pour notre démocratie qu’a constitué le grand débat national, il est temps de se demander quelles leçons tirer de ce que nous avons vécu. Curieusement, une expression de 68 s’impose pour introduire un tel retour sur les évènements d’aujourd’hui : « métro, boulot, dodo ».  Tout a changé, pourtant ! Il y a cinquante ans, ce slogan dénonçait l’aliénation au temps cyclique, répétitif, abrutissant qu’avait observé Henri Lefebvre dans Critique de la vie quotidienne. Aujourd’hui, ce qui apparaissait comme un cauchemar semble le rêve d’un paradis perdu. Combien de Français rêveraient d’avoir un vrai boulot, un accès facile aux transports en commun et un logement digne de ce nom ? Tout a changé mais l’envie de se redresser, de s’émanciper, de sortir d’une vie à plat d’homme unidimensionnel n’a pas disparu. Son expression exige toutefois de reformuler les termes de l'action citoyenne et de la transformation politique.

Mesurer le chemin parcouru

Boulot ? Il y a cinquante ans, tout le monde en avait un, qui conditionnait le reste. Dan

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !