Dans le même numéro

Tempête chez les Lib-Dems

février 2006

#Divers

La tempête annoncée dans le parti centriste vient de faire quelques dégâts. Sacrifiant à l’un des sports favoris de la vie politique britannique, les libéraux-démocrates sont le deuxième parti politique à changer de leader depuis les élections législatives du printemps : ils viennent en effet de se débarrasser de Charles Kennedy, qui les avait pourtant menés à leur meilleur résultat électoral depuis la grande époque du parti libéral. Poursuivi par des rumeurs d’alcoolisme, celui-ci a été contraint de démissionner, à la suite d’une campagne qui, si elle n’était pas organisée en ce sens, ressemblait singulièrement à une cabale.

Paradoxalement, la révolte grondait depuis les élections. Les bons résultats obtenus par le parti n’étaient pas dépourvus d’ambiguïté, puisque c’est face à des candidats travaillistes, plutôt que conservateurs (leur objectif principal), que les candidats Lib-Dems ont emporté des sièges. Des critiques s’étaient alors fait entendre pour déplorer une stratégie électorale qui avait privé le parti centriste d’un meilleur résultat encore. Depuis les élections, la situation aurait dû sourire aux troupes emmenées par Kennedy, puisque le parti conservateur a mis six mois à élire son nouveau chef, et

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements