Dans le même numéro

Tony Blair après les élections locales. Le début de la fin ?

juin 2006

#Divers

Imaginons un instant : un Premier ministre et un ministre très puissant qui ne s’entendent pas. Les entourages respectifs attaquent l’autre camp à coups de petites phrases savamment distillées. La presse et les médias se montrent avides d’entretenir cette rivalité. Les supputations vont bon train quant à la longévité du Premier ministre.

La scène n’est pas imaginaire : elle se passe en Angleterre. Des députés veulent forcer Tony Blair à annoncer la date à laquelle il quittera le pouvoir – en conformité avec la promesse faite avant les élections législatives de mai 2005 de ne plus disputer de bataille électorale nationale. Comment la situation peut-elle s’être tendue à ce point, alors qu’il y a tout juste un an le New Labour remportait les élections avec une majorité – certes sensiblement diminuée – de 66 députés ?

Le retour des vieux schémas

Les récentes élections locales, le 4 mai dernier, ont été un échec pour le parti travailliste qui a perdu un peu plus de 300 sièges par rapport à son score de quatre ans auparavant (ces élections se déroulaient sur la moitié du terr

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements