Dans le même numéro

Web 2.0 : les économies de l’attention et l’insaisissable internaute-hypertexte

mars/avril 2009

#Divers

Sur le Web participatif et les réseaux sociaux, tout le monde est invité à contribuer par lui-même aux contenus mis en ligne. Mais ce n’est pas là un développement très inattendu, puisque l’internet a été conçu dès l’origine comme un lieu d’échange d’information au sein d’une communauté. Ce qui est nouveau, en revanche, c’est l’inversion de la rareté : ce ne sont plus les contenus rendus disponibles qui sont rares mais l’attention que l’internaute pourra leur consacrer.

On fait apparaître sur l’écran la page à lire pour connaître la réponse aux questions posées [...]. Un écran serait double, quadruple ou décuple s’il s’agissait de multiplier les textes et les documents à confronter simultanément ; il y aurait un haut parleur. Utopie aujourd’hui [...] pourvu que se perfectionnent encore nos méthodes et notre instrumentation [...] jusqu’à rendre automatique l’appel des documents sur l’écran, automatique aussi la projection consécutive...

Paul Otlet1

[...] spread like a nervous network... knitting all the intellectual workers of the world through a common interest and a common me

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !