Dans le même numéro

Grande-Bretagne : des élections très ouvertes

mai 2010

#Divers

Les élections législatives britanniques se tiendront le 6 mai 2010. Après quelques péripéties, qui avaient pu faire croire à des élections anticipées peu après l’arrivée de Gordon Brown au 10 Downing Street, et que celui-ci avait finalement renoncé à provoquer1, ces élections offrent l’occasion au pays d’examiner treize années de pouvoir travailliste, de tester la transformation des conservateurs sous la houlette de David Cameron, chef de l’opposition depuis près de cinq ans, de s’interroger sur la valeur des libéraux démocrates, menés par Nick Clegg. Alors que les conservateurs caracolaient en tête des sondages depuis de nombreux mois, l’écart s’est à présent resserré entre les deux formations principales, ce qui fait de ces élections les plus indécises depuis la victoire surprise des conservateurs de John Major en 1992 face aux travaillistes de Neil Kinnock.

Enjeux

Le premier enjeu des élections résulte bien évidemment de la crise financière et de ses conséquences sur la conduite des affaires du pays. La Grande-Bretagne a été durement frappée par la crise en raison de son exposition plus grande à l’internationalisation de la finance, accentué

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements