Dans le même numéro

Mais qui donc a gagné les élections britanniques ?

juin 2010

#Divers

Après treize années de New Labour, la Grande-Bretagne tourne le dos aux travaillistes mais voit s’installer un gouvernement de coalition (conservateurs, libéraux démocrates) dont l’avenir est incertain. Une coalition est-elle compatible avec les institutions britanniques, où la part de l’implicite est grande, en l’absence de constitution écrite ? Vernon Bodganor, un des meilleurs spécialistes de la vie politique outre-Manche, pense, à l’encontre de nombreux analystes, que la coalition peut durer et présente même des atouts dans le contexte de crise financière et budgétaire.

Après une campagne courte, des sondages nombreux et presque fiables, les urnes ont rendu leur verdict : impossible à première vue de savoir qui a (véritablement) gagné les élections. Les conservateurs arrivent en tête avec 36,5 % des voix et 306 sièges (en hausse de 5 points et de 97 sièges par rapport au précédent parlement) mais n’obtiennent pas la majorité absolue (326 sièges), les travaillistes ne représentent plus que 29 % des suffrages et 258 sièges (en perte de 6 points et de 89 sièges) et les libéraux démocrates restent solidement installés à la troisième place avec 23 % des suffrages (en hausse de 1 point, mais ils perdent 5 sièges). L

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements