Dans le même numéro

Conflits extérieurs, violence intérieure

février 2015

#Divers

La brutalité de l’acte autant que la portée symbolique d’une tuerie dont les premières victimes visées étaient des journalistes, action à laquelle a succédé un massacre de clients faisant leurs courses à la veille du shabbat dans une épicerie kasher, a donné à l’événement son exceptionnelle gravité. Comme si à travers ces cibles, au message convoyant la haine de la parole s’ajoutait celui de la haine des juifs pour signifier la destruction des fondements de la sociabilité : la reconnaissance et l’échange.

Le 11 Septembre français ?

La difficulté à nommer l’événement autrement que par analogie avec un autre événement, emblématique celui-là, de la violence terroriste moderne, plaide pour cette approche, qui tend d’abord à marquer la centralité d’une éruption de violence dont les contours échappent aux paramètres habituels. La comparaison s’est ainsi imposée avec les attentats du 11 Septembre, le rapprochement entre les attaques de Paris et celles de New York en 2001 pouvant pointer la puissance de l’événement et donner notamment au terrible assassinat des journalistes de Charlie Hebdo la force d’un ébranlement symbolique. De ce point de vue, au plan émotio

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !