Dans le même numéro

Étudier l'islam. Entretien

décembre 2016

#Divers

Le Coran est susceptible d’une pluralité de lectures, selon le contexte historique, avec des périodes d’essor, ouvertes sur les cultures voisines, et d’autres de pétrification et de fermeture sur soi. La sagesse et la richesse de l’islam sont aujourd’hui oubliées au profit de la sécheresse du wahhabisme.

Hamit Bozarslan – Le Dictionnaire du Coran que tu as dirigé est paru en 2007. Pourquoi avoir souhaité publier un tel dictionnaire ? Dans quelle continuité s’inscrit cet ouvrage, à la fois dans ton œuvre, dans celle d’une communauté d’islamologues et dans l’histoire de l’islam, de sa production scientifique et théologique ? S’agissait-il d’un simple projet d’érudition ou avait-il aussi pour objectif de déplacer les lignes de force dans la recherche sur l’islamologie ?

Mohammad Ali Amir-Moezzi – L’idée de ce dictionnaire m’est venue après le 11 septembre 2001 : tout le monde parlait du Coran, et la mention même de l’islam évoquait la violence. Tout le monde se réclamait du Coran, soit positivement, à titre apologétique, soit négativement, à titre polémique : pour les uns, c’était un texte révélé in

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements