Dans le même numéro

Pourquoi les films comptent-ils ? Discussion entre Stanley Cavell et Arnaud Desplechin

août/sept. 2008

Dans cette conversation, le philosophe américain et le cinéaste français font part de leur passion pour les films et un style d’analyse qui ne cherche pas dans les films l’illustration d’une pensée. Au contraire, le cinéma nous apprend sur nous-mêmes quelque chose que ni la philosophie ni les autres arts ne peuvent nous faire comprendre : comment croire au monde ?

Sandra Laugier – L’œuvre de Stanley Cavell témoigne de l’importance du cinéma comme œuvre de pensée et comme américaine : Cavell s’interroge sur la possibilité d’une voix philosophique proprement américaine telle qu’Emerson, par exemple, l’a revendiquée. Au-delà de cette revendication, l’originalité et la signification de sa pensée sont liées à une réflexion sur le scepticisme qui domine son œuvre, de son ouvrage sur Shakespeare (le Déni de savoir) à ses travaux sur Emerson et Thoreau, sur Wittgenstein ou sur le cinéma de Hollywood, sur la comédie du remariage (À la recherche du bonheur), et sur le mélodrame (Contesting Tears1). Une étape importante dans l’introduction de sa pensée en France a été la traduction de son ouvrage majeur, les Voix de la raison, consacré à Wittgenstein. Mais c’est À la recherche du bonheur qui avait déjà permis au public français, dès 1993, de mesurer l’originalité d’une œuvre d’emblée centrée sur la pensée du cinéma, où le cinéma n’apparaît p

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Arnaud Desplechin

Réalisateur, César du meilleur réalisateur en 2016 pour "Trois souvenirs de ma jeunesse". 

Stanley Cavell

1926-2018   Stanley Cavell est un philosophe américain. Diplômé de l’université de Berkeley en musique, c’est à UCLA qu’il entame des études de philosophie, puis à Harvard qu’il les parachève en suivant l’enseignement de J. L. Austin qui l’initie à la philosophie du langage ordinaire héritée de Wittgenstein. De 1963 jusqu’à la fin de sa vie, il enseigne l'esthétique et théorie de la valeur à…

Dans le même numéro

La fin du moment démocratique ?
Sécurité, légitimité, influence : l'emboîtement des crises
L'avenir de la violence au Moyen-Orient