Dans le même numéro

Daech : le dévoiement

décembre 2016

#Divers

Les tenants du parler-vrai ont raison d’affirmer un rapport du terrorisme islamiste à la religion : il n’est pourtant pas celui d’une continuité, mais d’un dévoiement et d’une sinistre caricature.

De quoi peut-on discuter aujourd’hui à propos de l’islam ? Comment penser l’islam au temps du terrorisme « islamique » ? Comment approcher le religieux lorsque le thème de la « radicalisation » occupe le cœur du débat ? Lorsque celui-ci dérive vers la polémique sur le caractère religieux ou non du terrorisme « djihadiste » ? « Cela n’est pas l’islam », nous disent de bonne foi et non sans raison les honnêtes citoyens musulmans révulsés par l’horreur. « Ne nous voilons pas la face, c’est bien d’islam dont il s’agit », affirment pour leur part les tenants du « parler-vrai », prenant au mot les djihadistes.

Dans ce heurt des sensibilités, chacun a ses raisons, qui ne sont pas sans fondements. La réaction des croyants sincères a pour elle la vérité du ressenti : il y a dans la politique de la terreur, avec son cortège de cruautés, l’évidence d’une contravention radicale à toute forme d’éthique et de spirit

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements

par Aubert Bruno


Diplomate et arabisant dans la tradition de l’orientalisme français (voir son article sur Louis Massignon), ambassadeur de France au Soudan, sa réflexion fait le lien entre la connaissance historique et culturelle de l’aire arabo-musulmane et l’analyse des soubresauts politiques contemporains....

Dans le même numéro