Dans le même numéro

Israël et le statut des civils dans la guerre antiterroriste

novembre 2010

#Divers

Comment une armée régulière, qui agit sur un territoire dont son État n’a pas la maîtrise, doit-elle traiter les populations civiles qui se trouvent sur le terrain d’opération ? Peut-elle privilégier la sécurité de ses propres soldats ou peut-on plaider, même dans les actions antiterroristes, pour le maintien de la distinction entre combattants et civils ?

En 2005, Asa Kasher et Amos Yadlin ont publié, dans une revue universitaire américaine, un article intitulé «Assassinat et meurtre préventif1 », qui porte sur la question de « l’assassinat dans le contexte de la guerre contre la terreur ». On peut penser que la portée de ce texte va bien au-delà de son simple intérêt académique. Asa Kasher est en effet professeur d’éthique et de philosophie de l’action à l’université de Tel Aviv et expert auprès de l’armée israélienne. Au moment de la parution de cet article, le général Amos Yadlin était l’attaché militaire de l’ambassade d’Israël à Washington et il est à présent à la tête des services secrets de l’armée israélienne. Bien qu’ils soulignent d’emblée que « les vues exprimées dans [leur] document sont celles des auteurs et pas nécessairement celles [...] de l�

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !