Dans le même numéro

Réformes du marché du travail : raison garder

janvier 2009

#Divers

Le marché du travail occupe une place particulière dans les débats sur la réforme en France depuis de nombreuses années, comme d’ailleurs le chômage de masse – même si, depuis la fin des années 1990, le taux de chômage avait nettement régressé, pour se situer autour de 7,5% avant son aggravation récente1. Des politiques de l’emploi ont été explicitement construites et se sont sédimentées depuis le début des années 1980, mais ce domaine de l’action publique est apparu à beaucoup comme particulièrement décevant et de hauts responsables ont prétendu qu’on avait tout tenté en la matière. La récente irruption de la crise financière, puis celle de la crise économique, changent brutalement le paysage conjoncturel et le regard rétrospectif, mais cela ne modifie pas fondamentalement, nous le croyons, l’erre sur laquelle les réformes sont engagées et les aspects relativement « permanents » du marché du travail français.

Dans la première moitié des années 1990, certains diagnostics sur les dysfonctionnements du système apparurent relativement consensuels : l’un d’entre eux concernait la réforme nécessaire de l’Agence nationale pour l’emploi (Anpe2). Mai

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !