Dans le même numéro

Et si l’Europe faisait fausse route dans la crise iranienne ?

juin 2006

#Divers

Alors que les faucons, aux États-Unis mais aussi en Europe, préconisent, au-delà de sanctions et des embargos, la riposte militaire, Jean-François Bayart invite les bellicistes à ne pas oublier les erreurs d’appréciation et les mensonges qui ont précédé l’intervention en Irak. Dans cette optique, il passe en revue les arguments susceptibles de ne pas répondre à l’escalade iranienne par une nouvelle guerre.

La France, comme les autres pays occidentaux, est en passe de s’enfermer dans le piège d’une fausse question dont elle croit déjà avoir la réponse : faut-il – et comment – interdire à l’Iran l’accès à l’arme nucléaire ? Le matraquage politique et médiatique est devenu si assourdissant que, jour après jour, la voix de la raison devient plus inaudible. Nous construisons une crise dont les conséquences peuvent devenir incalculables, sans avoir la moindre idée de la manière de l’affronter. Passe encore que les « faucons » américains et leurs suppôts européens croient laver leur grossière erreur d’appréciation en Irak en pratiquant la fuite en avant à propos de l’Iran1. Mais qu’avons-nous à gagner (et à perdre !) dans l’affaire ? Et ne nous laissons-nous pas e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !