Dans le même numéro

Nationalité : une jeunesse en auto-déchéance

mars/avril 2016

#Divers

Après les attentats de janvier 2015, Mohamed Ulad et Isabelle Wekstein-Steig décidèrent d’aller ensemble à la rencontre de lycéens issus de l’immigration, de deuxième ou de troisième génération, pour tenter de comprendre comment ils se définissaient par rapport à la France et aux différentes composantes de la société française. Le débat sur la déchéance de nationalité n’était pas alors d’actualité. Mais leur documentaire présenté sur France 2, le 3 février 2016, vient justement télescoper ce débat en mettant en scène une génération de jeunes qui, pour être presque tous de nationalité française, déclarent tout de go ne pas se sentir français. Autrement dit, comme le titre de l’émission l’énonçait : « Les Français, c’est les autres ! »

Premier constat, ces jeunes pratiquent une sorte d’auto-déchéance de la nationalité : plutôt que revendiquer leur appartenance à la communauté nationale, ils actent leur exclusion pour chercher ailleurs, du côté de l’origine de leurs grands-parents, une identité fantasmée. Ce n’est pas simplement un phénomène individuel, mais un réflexe collectif structuré par le conformisme du groupe d’adolescents, où chacun endosse le discours et les posture

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements