Photo : Claudio Schwarz
Dans le même numéro

Parler d'argent

juil./août 2019

Nos manières de parler d’argent s’enracinent dans le discours chrétien concernant le salut, qui valorise la circulation, conservent des connotations péjoratives malgré leur rôle romanesque et leur technicisation actuelle, et déterminent à notre insu nos relations sociales les plus intimes.

En quel sens les textes médiévaux que vous avez étudiés vous ont-ils permis d’éclairer d’une lumière nouvelle le long processus de dématérialisation de l’argent qu’on associe par commodité à l’avènement du capitalisme ?

Giacomo Todeschini – Les textes médiévaux qui parlent d’économie et d’argent ne sont pas, formellement, des textes économiques au sens moderne. Le discours et le lexique de l’économie et de la productivité de l’argent font plutôt partie d’un système discursif théologique, juridique et moral. En même temps, certaines des conceptualisations et des représentations qu’on retrouve dans ces textes, écrits par des Pères de l’Église comme Augustin et Ambroise, par des experts du droit canon, par des théologiens-juristes comme le dominicain Thomas d’Aquin ou le franciscain Pierre de Jean Olivi, par des docteurs du droit commun comme Balde de Ubaldis, par beaucoup d’autres, affirment des principes (la productivité de l’argent-capital, par exemple, ou la valeur relative du travail humain entendu comme marchandise) qu’on retrouvera, bien que re-codifiés en forme de lois et théorèmes, dans la «science économiq

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Camille Riquier

Maître de conférences en philosophie à l’Institut catholique de Paris, il a publié en 2017 Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile aux PUF. Il est membre du Conseil de rédaction d’Esprit.

Christophe Hanna

Professeur de littérature, écrivain, il vient du publier Argent (Amsterdam, 2019).

Dominique Ancelet-Netter

Maîtresse de conférences à l’Institut catholique de Paris, elle est l’auteure de La Dette, la dîme et le denier (Presses universitaires du Septentrion, 2010)

Giacomo Todeschini

Professeur d’histoire à l’université de Trieste, il est notamment l’auteur de Les Marchands et le Temple (Albin Michel, 2017).

Thibaut Gress

Professeur de philosophie et éditeur, il a récemment contribué à Blockchain (Eyrolles, 2019).

Dans le même numéro

Le dossier estival de la revue Esprit, coordonné par Camille Riquier, fait l’hypothèse que le monde capitaliste a substitué l’argent à Dieu comme nouveau maître invisible. Parce que la soif de l’or oublie le sang des pauvres, la communauté de l’argent est fondée sur un abus de confiance. Les nouvelles monnaies changent-elles la donne ? Peut-on rendre l’argent visible et ainsi s’en rendre maître ?