Dans le même numéro

Le Kosovo, un État encore incertain

août/sept. 2008

#Divers

La déclaration d’indépendance du Kosovo, en février dernier, est en cours de reconnaissance. Mais la difficulté de ce processus témoigne des réticences de nombreux pays à consacrer la souveraineté d’un nouvel État qui a lui-même ses propres ambiguïtés.

Depuis le début de l’année, des événements majeurs sont intervenus au Kosovo et en Serbie. À Prishtina, les autorités kosovares ont déclaré leur indépendance le 17 février et promulgué une constitution le 15 juin1. À Belgrade, des élections anticipées, provoquées par la question du Kosovo, conduisent à un gouvernement « pro-européen ». Simultanément, 22 des 27 pays de l’Union européenne, vers laquelle s’oriente la Serbie, soutiennent le nouvel État qui ambitionne lui aussi de rejoindre l’Union. On veut croire que cette convergence permettra une maîtrise progressive du grave différend qui oppose Belgrade à Prishtina.

Du blocage à la déclaration d’indépendance

La situation actuelle est la conséquence de deux stratégies divergentes poursuivies au Kosovo par l’Onu et par Belgrade. Dès son a

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !