Dans le même numéro

Les Roms, la police et nous

mai 2016

#Divers

Les Roms ! Le sujet suscite d’emblée la méfiance, au mieux, ou l’exaspération. Sans chercher à débattre de ces personnes très visibles sur certains trottoirs parisiens alors qu’elles ne sont pas si nombreuses (20 000 seulement pour toute la France), on voudrait simplement relever quelques faits. Ils concernent des gens qui sont doublement nos voisins, Européens comme nous, installés dans les périphéries et le centre de nos villes et qui, arrivés pour la plupart il y a de nombreuses années, ne repartiront pas durablement au pays.

Le 3 février 2016, après quelques mois de résistance juridique, les 320 personnes qui « habitaient » les voies désaffectées de la petite ceinture entre la porte de Clignancourt et la porte de la Chapelle étaient expulsées par la police. Une expulsion comme tant d’autres, avec aussi peu de respect des règles pourtant clairement établies dans la circulaire d’août 2012 sur les expulsions. Il n’y a pas eu de réel diagnostic des situations, au point que la mairie a dû se tourner vers les associations actives dans ce bidonville pour leur demander (ce qu’elles ont refusé) comment choisir les personnes et hiérarchiser les prises en charge. Et les propositions finales, annoncées pour quinze jours seule

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements