Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Les Britanniques et l'­invention du Moyen-Orient : essai sur des géographies plurielles

mai 2016

#Divers

Cet espace stratégique d’échanges entre l’Orient et l’Occident fut inventé pour assurer la prospérité de l’empire des Indes, notamment sous l’administration britannique. Ses frontières bougent selon les intérêts géopolitiques, révélant la cartographie comme instrument de pouvoir.

I have been there, but I have to confess that I don’t know for certain where the Middle East is, écrivait en 2004 le journaliste et chroniqueur du Guardian Brian Whitaker1. Ces propos, tenus par un expert de la région, démontrent la difficulté de délimiter sur une carte l’espace du Moyen-Orient. Englobant parfois le Maghreb et la Turquie pour certains, s’étendant jusqu’à l’Asie centrale pour d’autres, parfois désigné comme « Orient arabe », « Proche-Orient » ou « monde arabe », le Moyen-Orient demeure comme insaisissable.

Il semble parfois plus facile de l’évoquer à travers des clichés orientalistes, passés ou revisités2, que de tracer ses frontières. Bien des images, quelque peu contradictoires, viennent en effet à l’esprit à l’évocation du terme de Moyen-Orient3. Ainsi la

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !