Dans le même numéro

La justice après Outreau. (Entretien)

mai 2006

#Divers

Au terme des auditions parlementaires, il est possible de voir ce que cette affaire à la fois hors norme et affreusement banale a révélé du fonctionnement de la justice. L’instruction et le travail des juges doivent-ils être repensés ? Cette affaire marque-t-elle un tournant dans notre rapport collectif à la justice ?

L’affaire d’Outreau fera date. Autant pour le préjudice qu’elle a porté à des citoyens innocents qui ont été incarcérés pendant de longs mois, que pour ce qu’elle révèle de l’état de nos institutions. La vague de judiciarisation des années 1990, que nous avons amplement analysée dans cette revue, a posé des questions qui sont restées sans réponses. On n’a pas pris la mesure de la transformation de nos sociétés démocratiques qui font de la justice une institution désormais centrale, aussi bien en France que dans les autres pays. La justice est une institution en déshérence car elle n’a pas de tête ; qui doit en effet la gouverner : la Cour de cassation ? le Conseil supérieur de la magistrature ? le garde des Sceaux ? Quand on cessera de considérer le pouvoir judiciaire comme une menace pour les autres pouvoirs exécutif et législatif, la qualité de la délibération collective, de l’élaborati

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !