Dans le même numéro

Orange Is the New Black. Des femmes en prison

novembre 2016

#Divers

Des femmes en prison

La série imaginée par Jenji Kohan montre l’héroïsme des femmes dans le huis clos d’une prison, avec pudeur et humour. Elle prête une attention particulière aux phénomènes d’intersectionnalité et aux effets de la privatisation des prisons.

Au siècle dernier, le cinéma s’est plu à produire des « Wip » (Women in Prison) – un véritable genre dans les années 1960-1970, dont deux titres suffiront à indiquer la teneur, proches des fantasmes de harems : Femmes en cages et Ilsa, la louve des SS.

La créatrice de la série Orange Is the New Black, Jenji Kohan, est une femme, féministe, familière des travaux de Judith Butler. Tout comme dans Oitnb, la question de la capacité d’agir (agency) affleure souvent dans sa précédente série, Weeds, présentée en cinq mots : « Banlieusarde. Veuve. Herbe. Deal. Maman. »

Pour mesurer l’originalité décapante de sa nouvelle série, on peut poser les trois questions du tes

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements

par Desbarats Carole


Pour avoir accompagné plusieurs générations d'étudiants à la Femis, Carole Desbarats s'intéresse à tous les aspects du cinéma, de son économie à son esthétique. Elle s'interroge aussi sur les responsabilités de la transmission, dans l'école et en dehors de l'école, notamment à travers l'association...

Dans le même numéro