Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

« Politique des droits de l’âme ». La Charte 77 et ses échos français

février 2009

#Divers

La Charte 77 et ses échos français

Alors qu’une polémique oppose ceux pour qui les droits de l’homme peuvent asseoir une politique et ceux pour qui ils sont devenus un facteur de dépolitisation et d’individualisation croissante, un retour sur le texte de la Charte 77 montre qu’une interprétation politique des droits de l’homme est concevable dans des situations où politique et morale vont de pair. C’est en ce sens que l’auteur propose de parler d’une « politique des droits de l’âme » qui fait écho à la fois à Socrate et à Patočka.

Le « droit de l’hommisme » comme posture affective et sa critique facile masquent trop souvent et de façon dommageable la réalité théorique et pratique du combat pour les droits de l’homme. Les trente ans de la Charte 77 et l’anniversaire de la mort de son principal inspirateur1, Jan Patočka, nous permettent de revenir sur la façon dont ce combat a été perçu en France, mais aussi et surtout sur la philosophie morale qui sous-tend la pensée dissidente des droits de l’homme telle qu’elle s’est formée en Tchécoslovaquie. Un malentendu semble en effet avoir eu lieu entre l’est et l’ouest de l’Europe sur cette question fondamentale, malentendu dont la mise au

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !