Dans le même numéro

L'avenir des humanités

décembre 2012

#Divers

La culture classique ne peut plus aujourd’hui être considérée comme un « héritage » à réactiver. Il faut la réapprendre, non comme un patrimoine, mais comme une manière de penser le monde dans sa globalité, sans se laisser enfermer dans des savoirs techniques qui ont tendance à devenir hégémoniques ; cela suppose de repenser les méthodes d’enseignement du français, du latin, etc., pour faire contribuer ces matières à une éducation à la démocratie.

Repenser les humanités, tel est le sous-titre que Pierre Judet de La Combe et Heinz Wismann donnent à leur ouvrage, l’Avenir des langues1. À l’origine simple rapport commandé par Jack Lang en 2001 sur l’avenir des études classiques, ce travail est devenu aujourd’hui un ouvrage de référence. Il reste de la commande initiale quelques pages à la fin de l’ouvrage sur la question du latin et du grec, mais l’essentiel est une réflexion sur ce qu’est la culture et sur le programme d’éducation qu’on peut en tirer dans un cadre européen. Il s’agit de définir ce que peuvent être les « humanités modernes ».

Les langues, au cœur des humanités : Pierre Jud

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !