Photo : Den Verhovny
Dans le même numéro

La forteresse cachée

Rose Réjouis

La vie d’un homme
Jette-la au feu
La vie d’un insecte
Jette-la au feu
Réfléchis et tu te rendras compte
Que le monde est sombre
Et que ce monde qui flotte
N’est qu’un rêve

Ces mots qui me hantent sont les paroles chantées pendant le festival du feu célébré dans ce film d’Akira Kurosawa, la Forteresse cachée (1958), qui a inspiré la Guerre des étoiles, de George Lucas. Quelques semaines après la sortie de mon livre, j’ai rêvé que c’était moi la Princesse Yuki. Dans le rêve, le samouraï qui m’accueille en lieu sûr, moi et le trésor du clan des Akizuki, c’est Pierre Bourdieu. Il a un visage bleu et des cheveux verts, mais je le retrouve en bonne santé. Il a faussé sa mort pour pouvoir diriger un centre de recherche caché dans la forêt. Un centre de recherche sur l’injustice, qui ne mise plus sur la crédibilité d’une seule personne, mais sur le refus du citoyen moyen de supporter l’érosion capitaliste des humains. C’est par l’intermédiaire d’une émission de radio que nous parlons stratégie, en langage codé

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Rose Réjouis

Rose Réjouis est professeur de littérature à The New School. Intéressée par la politique culturelle des affects, du genre, de la race et de la classe, par la pensée juive et la littérature de la diaspora africaine, elle étudie particulièrement les stratégies narratives des minorités sociales et ethniques, en prêtant attention au jeu entre idées et structures littéraires. Elle est également…

Dans le même numéro

Nous sommes les témoins du retour de la clôture politique (fascismes, racismes, exclusions) et d’un discours qui réduit la société ouverte au marché. Dans ce contexte, il est urgent de relancer l’ouverture réelle, comme y invitent Camille Riquier et Frédéric Worms après Bergson, ainsi que les auteurs d’un riche abécédaire critique.