Dans le même numéro

La (re)création d'une femme. Jeune Femme, de Léonor Serraille

janv./févr. 2018

#Divers

Jeune femme de Léonor Serraille

Donner à voir dans un même mouvement la métamorphose d’une héroïne, la naissance d’une cinéaste et la révélation d’une grande actrice, voilà le petit miracle qu’accomplit Jeune femme1, de Léonor Serraille, en deux heures rythmées dont on sort galvanisé. Le film récompensé par la Caméra d’or (meilleur premier film) lors du dernier Festival de Cannes est non seulement une excellente nouvelle pour le cinéma français mais un remède à méditer en ces temps de libération de la parole des femmes sur les violences sexuelles. Car Jeune femme emporte le spectateur dans les pas d’une rouquine volcanique et vulnérable qui impose sa manière bien à elle d’être libre et de résister aux violences et dominations masculines.

Laetitia Dosch, que l’on avait déjà aimée en mère célibattante dans la Bataille de Solférino (2013) de Justine Triet, nous offre là un personnage de trentenaire inclassable. Paula vit loin des normes qui imposent le bon travail, le bon couple, la bonne relation

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Élise Domenach

Maître de conférence en études cinématographiques à l’Ecole normale supérieure de Lyon, elle est notamment l’auteure de Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme (PUF, 2011).

Dans le même numéro

Devant la pression sur les ressources naturelles, le projet écologique est le seul qui fasse durablement monde. Ce dossier appelle à un approfondissement de la solidarité et souligne l’urgence d’une transformation de l’Etat, de nos sociétés, de nos concepts politiques et de nos imaginaires.