Dans le même numéro

Contestations politiques et nouvelles prises de parole

Comment comprendre les transformations de l’espace public à l’aune des mobilisations récentes, en Europe comme dans les pays arabes ? S’agit-il d’une nouvelle forme de démocratie ou d’une simple réplique des systèmes de représentation existants ?

Dans son cours du Collège de France sur l’État, Pierre Bourdieu est sans indulgence à l’égard de la notion d’Öffenlichkeit : « L’espace public, ce concept détestable qui nous vient d’Allemagne », dit-il1. Ce point de vue, que le sociologue a souvent eu l’occasion de développer, est discutable. Le concept de sphère publique a fait l’objet d’incessantes critiques, mais aussi de remaniements et d’adjonctions fécondes qui suffisent à prouver sa résilience. Si personne n’est jamais entièrement satisfait de cette notion, elle continue, du fait de sa plasticité, d’être utilisée pour rendre compte des émergences démocratiques et des formes innovantes d’action collective. S’il ne faut pas l’utiliser comme une forme rigide qu’on se contenterait de plaquer de manière routinière sur des réalités hétérogènes, l’ouverture que permet la notion contribue à subsumer différents types de réseaux, de relations et de for

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !