Dans le même numéro

La Hongrie, 50 ans après la révolution

octobre 2006

En novembre 1956, le soulèvement de Budapest montre la persistance de la revendication démocratique et du désir d’indépendance des Hongrois. L’historien replace cet événement dans l’histoire hongroise et les rapports de force du communisme international.

À la mémoire de Jean-Marie Domenach, et pour Paul Thibaud, d’Esprit, qui ont soutenu mon combat pour la vérité.

Le soulèvement du peuple hongrois a été écrasé par une intervention militaire de l’Union soviétique, en réponse aux principales revendications formulées par un large mouvement populaire dont l’avant-garde était formée par la jeunesse universitaire alliée à la jeunesse ouvrière : suppression de la censure, abolition du système du parti unique, élections libres, fin de l’occupation soviétique du pays, maintenue après la conclusion du traité de paix de 1946 auxquelles s’ajoutait la dénonciation du pacte de Varsovie, qui soumettait la Hongrie – de même que les autres pays d’Europe centrale, orientale et balkanique – à la domination soviétique.

Depuis lors, le pacte de Varsovie s’est effondré, avec le régime communiste dont il étai

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

François Fetjö

François Fetjö (1908-2008) était un journaliste, essayiste et historien, spécialiste de l’Europe de l’Est et de l’histoire du communisme. Naturalisé français en 1955, il ne retourna dans son pays natal – la Hongrie – qu’en 1989, pour les obsèques nationales d'Imre Nagy, un des héros de l'insurrection de 1956. Il est notamment l’auteur de L’Histoire des démocraties populaires (Ed. du Seuil, 1952)…

Dans le même numéro

La France face à ses musulmans :
émeutes, jihadisme et dépolitisation
Représentation politique : une comparaison américaine
Où va la justice pénale des mineurs ?