Dans le même numéro

Théorie, concepts et politique, avant et après 68. (Table ronde)

On met souvent en rapport le développement des sciences humaines françaises dans les années 1960 avec la radicalisation politique. Pourtant, un examen rétrospectif révèle des relations plus incertaines, sauf à réduire les livres phares de la période à quelques formules équivoques. Les participants de cette discussion confrontent leurs interprétations de l’héritage de la période et se demandent comment relire aujourd’hui Lévi-Strauss, Foucault, Deleuze...

Esprit – Nous n’allons pas nous intéresser ici à l’histoire de Mai 68, mais à l’évolution des savoirs et à la manière dont l’effervescence intellectuelle des années 1960 peut être mise en relation avec l’évolution politique de la période. Les événements de Mai 68 interviennent au terme d’une décennie faste pour les sciences humaines en France : la Pensée sauvage (1962) de Claude Lévi-Strauss, les Mots et les choses (1966) de Michel Foucault, l’Écriture et la différence (1967) de Jacques Derrida. Pourtant, à l’exception du Pour Marx (1965) de Louis Althusser (et encore...) aucun de ces textes n’a de finalité politique explicite. Comment expliquer le décalage entre les préoccupations théoriques de l’époque et son aboutissement politique ?

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Frédéric Keck

Georges Vigarello

Spécialiste de l'histoire de l'hygiène, de la santé, des pratiques corporelles et des représentations du corps.   L’ensemble du travail de Georges Vigarello porte sur l’histoire des représentations et pratiques du corps. Il obéit à un projet bien particulier : montrer combien ces représentations et pratiques révèlent, dans leurs trajets historiques, des changements majeurs de culture sinon de…

Jean-Claude Monod

Philosophe, il s'intéresse en particulier aux rapports entre politique et religion, ainsi qu'à l'articulation entre démocratie et pouvoir, notamment dans l'interrogation qui est au coeur de son livre, Qu'est-ce qu'un chef en démocratie? Politiques du charisme (Paris, Seuil, 2012).

Michaël Fœssel

Philosophe, il a présenté et commenté l'oeuvre de Paul Ricoeur (Anthologie Paul Ricoeur, avec Fabien Lamouche), a coordonné plusieurs numéros spéciaux de la revue, notamment en mars-avril 2012 "Où en sont les philosophes ?". Il est membre du Conseil de rédaction d'Esprit.  Il est notamment l'auteur de L'Équivoque du monde (CNRS Éditions, 2008), de La Privation de l'intime (Seuil, 2008), État de

Pierre Zaoui

Philosophe, il enseigne à l'université Paris 7-Denis Diderot et est membre du Centre International d'Etude de la Philosophie Française Contemporaine (CIEPFC).

Dans le même numéro

Parcours personnels à travers les mobilisations
Les sciences humaines et les mutations du savoir
Fins de cycle du roman national et blocage français