Dans le même numéro

La lutte antiterroriste et le tournant préventif de la justice

mars/avril 2008

#Divers

Alors que de nombreux auteurs pensent que les dispositifs de lutte contre le terrorisme révéleraient la nature non démocratique des États occidentaux, il importe de comprendre ces dispositifs non en fonction de la catégorie de l’exception mais comme un révélateur des évolutions plus larges de nos sociétés et de notre droit. Il apparaît alors que nous assistons à une évolution vers une « justice préventive », dont la lutte antiterroriste n’est pas le seul point d’application.

Le terroriste, dit Carl Schmitt, est la figure de notre propre question1. Il témoigne, précise-t-il, d’une transformation concomitante de la politique internationale, des structures sociales internes, des évolutions techniques et, enfin, du rapport à l’espace. Le fait est que le terrorisme mondialisé met en déroute les distinctions cardinales qui structuraient les rapports entre droit et politique : crime de droit commun/crime politique, espace interne/espace international, guerre/paix. Un tel brouillage nous invite à revisiter les fondations sur lesquelles reposaient ces catégories.

Elles étaient articulées pour Schmitt autour de l

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements

par GARAPON Antoine


Magistrat, juge pour enfants, il a fondé l'Institut des Hautes Etudes sur la Justice (IHEJ), où il observe les mutations de la place du droit dans nos sociétés. il anime sur France culture une émission consacrée à la pensée juridique, "Le Bien commun". Il a développé sous le même nom une collection d'ouvrages, aux éditions...

Dans le même numéro