Dans le même numéro

L'Europe : anomalie ou nécessité ?

juin 2009

#Divers

Le drame de l’Europe, c’est qu’elle n’est jamais là où on l’attend. A priori, tous les éléments existent aujourd’hui pour faire de l’Union européenne un acteur politique majeur de la mondialisation. Or, le contexte extérieur a beau lui être favorable, l’Europe ne décolle pas. Elle régresse même, dans l’esprit et les cœurs des dirigeants et des citoyens européens. Ce cumul de pertinence historique et d’impuissance politique est le paradoxe moderne de l’Union européenne. Certains y trouvent matière à de splendides renoncements1, d’autres maintiennent l’espoir d’une affirmation de l’Europe programmée malgré tout « dans le temps long2 ».

Pour comprendre ce paradoxe, il convient de revenir à la tension structurelle qui définit le projet même de l’Europe : l’intégration des souverainetés y est en effet à la fois une anomalie et une nécessité historique. Anomalie, parce que ce que les pères fondateurs ont accompli à l’issue de la Seconde Guerre mondiale était sans précédent, contraire à toute l’histoire des nations européennes, inconnu de toute théorie et pratique des sciences politiques : la création d’un

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements

par Gnesotto Nicole


Après des études de Lettres et d'histoire, Nicole Gnesotto a passé une grande partie de sa carrière au Conseil de l'Union européenne. Spécialiste des questions stratégiques, elle a été le premier directeur de l'Institut d'études de sécurité de l'Union européenne.Elle est titulaire de la chaire "Union Européenne"...

Dans le même numéro