Image du clip "Trône" | © Booba
Dans le même numéro

La galère en héritage

octobre 2019

La nonchalance des gouvernements face à l’absurdité que représente ­l’héritage dans une société prétendument libérale pour la droite, prétendument égalitaire pour la gauche, n’est jamais mieux dénoncée que dans le rap.

«Un jour de mon salaire, c’est leur ­assurance-­vie», lançait Booba en 2006. Inspiré par le modèle américain de la réussite par l’argent, le rappeur aura fait des émules, du «fuck le Smic» de Kaaris au «Se lever pour 1 200, c’est insultant» de SCH, en passant par le «voir ses darons s’tuer comme des esclaves pour des salaires de merde, ça fait mal» de Gradur. Le mépris du salaire de base, trop faible pour permettre une quelconque ascension sociale, n’a jamais été aussi assumé par le rap français, lequel porte aux nues la violence, la drogue, le sport et, moderato cantabile, le chant. Pour comprendre le regard des banlieues sur l’abandon de cette question cruciale, à gauche comme à droite, nous partirons des symptômes que le rap exprime sans pudeur, en nous appuyant d’abord sur Booba et Kaaris. Plus sérieusement que l’écho médiatique de leur affrontement à Orly, ils portent la voix du 92 (izi) et du 93 (hardcore) et façonnent un imaginaire collectif qui déborde ces seules banlieues.

Cet imaginaire ne peut &

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Guillaume Schaeffer

Haut fonctionnaire, diplômé de Sciences Po et l’ENA, et critique de films.

Hocine Rahli

Agrégé de philosophie, Hocine Rahli est enseignant et critique pour les sites NonFiction, Slate et Il était une fois le cinéma . Il est actuellement responsable discours, argumentaires et prospective au Ministère des Solidarités et de la Santé.

Dans le même numéro

À mi-mandat du quinquennat d’Emmanuel Macron, le dossier diagnostique une crise de la représentation démocratique. Il analyse le rôle des réseaux sociaux, les mutations de l’incarnation politique et les nouvelles formes de mobilisation. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Luc Nancy sur l’Islam, Michael Walzer sur l’antisionisme et François Dubet sur la critique de la sélection.