Dans le même numéro

Une conscience de ce qui manque. Les liens de la foi et de la raison

mai 2007

Les liens de la foi et de la raison

Comment la raison moderne, qui s’est émancipée de toute tutelle, doit-elle comprendre son rapport à la religion ? Cette question, oubliée ou rejetée dans le cadre des sociétés séculières, ne cesse pourtant d’y faire retour, nous imposant de reconsidérer d’un œil critique notre idée des Lumières.

La conférence de Benoît XVI à Ratisbonne, lors de sa visite en Allemagne, a suscité d’innombrables réactions non seulement à cause de la phrase qui mettait en cause l’islam, mais aussi sur son orientation intellectuelle (voir dans notre numéro de novembre 2006, les articles d’Olivier Abel, « Une division occidentale au sein du christianisme ? » et Christian Jambet, « Les malentendus de Ratisbonne : l’islam, la volonté et l’intelligence »). À son tour, Jürgen Habermas a répondu au pape le 10 février 2007, dans un long article de la Neue Zürcher Zeitung. Il y contestait la tonalité prémoderne des propos de Benoît XVI, enlisé, selon lui, dans des conceptions de l’âge métaphysique prékantien. On lira ci-dessous les arguments du philosophe. Outre sa défense répétée d’une société autonome et d’un �

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements